fbpx

Vous le savez, pour obtenir les meilleurs résultats, quelque soit la self-discipline pratiquée, il faut entre autre tacher d’utiliser les outils les plus performants. C’est partant de ce constat que j’ai eu l’idée de proposer des comparatifs entre eux. L’idée est de vous permettre de vous aider a vous construire l’opinion la plus pertinente a leurs sujets.

Nous allons donc commencer cette série de comparatif en mettant sur le billard deux outils de sound-design que j’affectionne tout particulièrement, a savoir Sytrus, plugin natif de Fl-Studio, et Serum, plugin développé par XFer.

J’ai choisi de comparer les deux plugins d’après ces quelques critères :

Workflow du VST

En ce qui concerne le workflow proposé par le VST, a savoir la méthode de travail qu’il nous impose, les deux VSTs sont assez différent. Sytrus tout d’abord, suggest 6 opérateurs que l’ont peut relier a three filtres, ensemble ou séparément (le détail est essential), avant de les faire passer dans un panneau d’effet puis vers la sortie audio.

Serum lui, suggest 2 oscillateurs, un générateur de sub et un de bruit blanc, donc Four générateurs au whole. Ces Four générateurs seront relié ou non a un filtre, avant d’être envoyé tous ensemble vers le panneau d’effet, puis vers la sortie audio.

Beaucoup de personnes seront assez décontenancé lorsqu’ils utiliseront Sytrus pour la première fois. En effet, la matrice qui permet de déterminer le chemin à parcourir pour chaque générateur, n’est pas des plus intuitive pour un débutant.

Serum par contre, offre un système plus épuré qui permet, a mon sens, de comprendre plus facilement ce qui va se passer sur notre sonorité.

Je lui attribue donc un level pour le workflow. (Serum 1 – Sytrus 0)

Possibilité offerte par le VST

En ce qui concerne les possibilités offerte par les deux VSTs, je dirais que les deux ont des arguments de factors. Sytrus par exemple, offre 6 générateurs, la ou Serum n’en suggest que 2+2 (sub et noise). On peut donc attribué en ce sens un level pour Sytrus. Cependant, Serum se démarque dans le sens ou il suggest plusieurs fonctionnalité absente de Sytrus. Comme par exemple un nombre de filtre par défaut plus essential.

On compte en effet environ 13 varieties de filtre différents sur Sytrus (Vanilla and many others.) la ou Serum en suggest nativement une cinquantaine. Et ce level, bien qu’il semble anecdotique, me parait au contraire déterminant. Quand on parle de sound-design, il n’est pas doable de tout faire avec un easy low-pass ou high-pass, et certains filtre proposé sur Serum permettent des possibilités tout simplement hors de portée pour Sytrus. Serum marque donc ici un level, voir 2, tant cet facet est déterminant.

En outre, le fait que Serum suggest des tables d’ondes, la ou Sytrus suggest principalement de manipuler des ondes simples, offre également des possibilités inédites. Je lui attribue encore un level pour cette raison.

Concrètement, Serum permettra de créer des sonorités très difficilement reproductible sur Sytrus, alors que l’inverse reste a démontrer.

Nous en sommes donc a 4-1 pour Serum.

Effets disponible

Allons droit au however, en ce qui concerne les effets disponible, Serum l’emporte haut la important. La ou Sytrus ne proposera qu’un refrain, un délay et une reverb, avec en plus un design particulier qui en compliquera sensiblement l’utilisation, Serum frappe fort en proposant un panneau d’effet en contenant une dizaine, très easy a ajuster. Donc 1-Zero pour Serum.

 

Je tenais cependant a offrir également un level a Sytrus automotive il permet quelques choses qui n’est pas doable sur Serum, a savoir le fait d’attribuer chaque sonorité générée a un panneau d’effet ou non. La ou Serum imposera d’envoyer le résultat globale généré par tout nos oscillateurs dans le panneau effets. Sytrus 1, Serum 1.

J’ajouterais que les différents effets de Serum sont de bonne facture et apportent vraiment un plus au résultats finale. C’est aussi le cas sur Sytrus mais avec des possibilités nettement plus réduite.

Donc 5-2 pour Serum.

Modularité

J’entend par modularité, la liberté offerte par le VST de faire « ce qu’on veut ». Et ici clairement, j’aurais tendance a attribuer le level a Sytrus. Il offre en effet des possibilités en plus que Serum, comme par exemple le fait de pouvoir relier chaque générateur a un filtre différents, la ou Serum nous impose d’envoyer le globale vers le panneau d’effet. Je sais qu’il est doable de choisir quel générateur on envoie dans un filtre ou pas sur le panneau centrale de Serum, mais malgré tout, en terme de modularité Sytrus reste devant.

En terme de gestion de LFO également, même si j’aime beaucoup la façon dont ils sont géré sur Serum, je dois admettre que Sytrus permet d’en créer beaucoup plus que ce soit sur les enveloppes ou les filtres. Ceci dit, je précise que je ne me sens pas forcément limité par Serum malgré le nombre réduit.

Donc Sytrus 2 Serum 0 , rating whole 5 a Four pour Serum.

Rendu finale

En terme de rendu finale de la sonorité, ma préférence va clairement vers Serum. Je sais manipuler les deux et le plus souvent j’obtiens de meilleur résultat sur ce dernier. Je trouve qu’il permet de rentrer plus dans le détail sur le travail de la texture du son, pour les différentes raisons citée plus haut (nombre de filtre, desk d’onde and many others.)

Je lui offre donc ce dernier level.

SCORE FINALE : Serum 6 – Sytrus 4.

Si le sound-design vous intéresse, je vous recommande donc de foncer vous procurer Serum. C’est un outils polyvalent assez easy a comprendre et qui offre des possibilités énorme.

Je vous rappel que je suggest une formation sur le sujet, cliquez ici pour obtenir plus de détails.

Si ce style de comparatif vous plait et que vous souhaitez en voir d’autres, n’hésitez pas a me le faire savoir dans la part commentaire.

Bonne journée a vous!

This content material was initially revealed here.

close

Join our fast growing Moroccan Moms Community

Categories: Decor

0 Comments

Leave a Reply

Avatar placeholder

Your email address will not be published.