fbpx

Retour d’expérience après three ans et 10 mois (exactement) en indépendant dans le domaine du design UX, sur Paris. Je vous partage un bon résumé de mon parcours professionnel, en explicitant les avantages et les inconvénients auxquels j’ai fait face.

Créer son statut et commencer

C’est alors qu’en 2017, je me suis inscrit en tant qu’auto-entrepreneur sur le superbe web site de l’URSSAF (à savoir qu’il a été amélioré depuis…). Un réel plaisir pour moi, en tant que phobique administratif, tout me semblait très compliqué. Pourtant, le statut d’autoentrepreneur est relativement le plus easy. À la fin on n’est pas vraiment une entreprise, mais on a une immatriculation commerciale, un numéro de SIRET. On peut donc faire des devis, des factures et encaisser nos prestations directement sur notre compte bancaire personnel. Pas besoin d’ouvrir un compte professionnel, et pas besoin non plus d’ajouter la TVA (étant donné que c’est une prestation intellectuelle et que vous n’êtes pas une entreprise assujettie aux impôts de sociétés).

Finalement, c’était moins complexe que l’idée que je m’en faisais. La particularité d’être indépendant, c’est qu’il faut déclarer soi-même ses revenus de manière trimestrielle ou mensuelle (au choix) sur le fameux web site de l’URSSAF. En contrepartie, on n’a pas d’impôts sur le revenu, ce qui était plutôt pratique pour moi, automotive ma gestion du price range était plutôt en flux tendu… Ainsi, là, je savais que 24 % de ce que je facturais (donc de ce que j’encaissais), devait être réservé pour les costs, que je devrais payer tous les three mois (automotive j’avais choisi le relevé trimestriel).

Ceci permet une meilleure gestion de sa trésorerie, automotive je pouvais directement bénéficier de l’argent web de tous impôts ou costs. La seule contrainte, c’était le plafond de chiffre d’affaires, qui était d’environ 34000 € lorsque j’ai commencé et qui a doublé depuis, passant à 72500 € (pour les activités de prestation de providers, depuis 2020).

Un calcul easy (72500€-24%=55100€) me permettait de connaître mon objectif annuel. Si on divise par mois, cela fait approximativement 4500 €. Ceci m’a largement convaincu d’essayer cette voie, bien que je sois conscient du problem que cela représentait. Entre les chiffres et la réalité, il y a toujours un hole, et je n’allais pas tarder à le comprendre.

NB : ainsi, il n’est pas uncommon de voir un freelance UX designer se faire payer entre 500€ à 1000€ la journée pour sa prestation. Ce chiffre peut paraître gros, néanmoins, ce n’est pas fixe ni quotidien. Il est tout aussi uncommon de voir un freelance travailler toute l’année. Dis comme ça, cela semble bénéfique, travailler moins pour gagner plus qu’un CDI. mais vous vous imaginez que rien n’est aussi easy… Pensez aussi qu’il faille soustraire 1/four de la somme. Donc autant vous dire qu’il faut savoir maîtriser son price range.

Obstiné, motivé et passionné, je décide de me lancer. Pour autant, j’ai gardé mon CDI de l’époque (UX designer junior chez Marcel, Groupe Publicis), le temps de trouver une première mission…

Trouver sa première mission

Le plus compliqué ce n’est pas de créer son statut, mais bien de trouver sa première mission. C’est pourquoi il est conseillé de garder l’activité qui est votre supply de revenus principale en attendant de bien commencer ses premières missions freelance.

Ce n’est pas le plus facile de jongler entre deux travails, c’est évident. Pourtant, il le fallait pour ma half. Du moins, toute la partie en amont, la prospection, la préparation du portfolio (bien qu’il soit maigre au début, il faut réunir tous ses travaux.) et les nombreux rendez-vous qui ne menaient à rien.

Au début, il faut miser sur tous les réseaux possibles pour trouver un contact. J’avais la likelihood d’avoir une petite notoriété grâce à Newflux et aux nombreux événements, conférences auxquelles je participais. J’ai pu donc enrichir mes contacts sur Linkedin ou Twitter, deux réseaux sociaux importants en tant que freelance. C’est ainsi que vous pouvez dénicher des superbes offres et vous positionner rapidement et efficacement. La proximité qu’apporte le réseau social permet de plus facilement solliciter des recruteurs et d’engager une dialog.

Il ne faut pas hésiter à utiliser les plateformes de mises en relation entre professionnels spécialisés dans le milieu du net. Tel que Malt, Freelancer ou encore Upwork. Même si la concurrence paraît plus impolite sur ce style de websites, au remaining, cela reste une supply de contacts potentiels. J’ai aussi l’impression que malgré toutes les sollicitations que vous allez recevoir, elles auront moins de likelihood d’aboutir by way of ce biais. Peut-être à trigger de cet effet de masse et de classification des profils… Néanmoins, pour débuter, sans aucun contact dans le milieu, c’est certainement le meilleur moyen pour trouver ses premières missions. C’était d’ailleurs mon cas, une mission courte pour Sephora, à distance, pas très complexe, parfait pour commencer.

Lors des entretiens, il faut très vite cerner l’objet principal de la mission afin de pouvoir vendre au mieux ses qualités. Automotive comme vous le savez sûrement, le métier de designer UX (et parfois aussi UI) demande de nombreuses compétences diverses.

L’facet multidisciplinaire

En tant qu’indépendant, il faut savoir maîtriser son métier principal mais aussi certaines compétences externes qui n’ont normalement aucun rapprochement avec le design.

Le démarchage industrial, la communication, la comptabilité, le suivi de projet et l’organisation du temps sont autant de disciplines dans lesquelles il faut avoir des bases.

Si vous n’avez pas du tout envie d’affronter ces différentes épreuves qui vont accompagner votre quotidien indépendant, alors je ne vous conseille pas d’essayer. Automotive c’est évidemment un impératif.

Vous l’aurez compris, pour être freelance, dans n’importe quelle activité, il faut avoir plusieurs cordes à son arc. Sans compter l’facet social qu’il faut avoir lorsque vous rejoignez une entreprise pour une mission principalement en régie (dans les bureaux du shopper). C’est comme être nouveau à chaque fois. Vous devez vous rendre agréable et sociable tout en sachant que c’est évidemment très temporaire, en fonction de la durée de la mission. Certaines peuvent durer 1 an, mais la majorité ne dure que quelques mois.

C’est donc un problem à chaque renouvellement de mission, lorsqu’on doit rechercher des offres, y postuler, attendre les retours, passer les entretiens, espérer être accepter, puis rencontrer toute l’équipe, prendre ses marques, et enfin commencer à travailler…

Réussir sur la durée

Le plus essential, c’est la durée. On ne parle pas ici de macaron, mais bien de réussir à perdurer en tant qu’indépendant. Évoluer avec le temps, avec les besoins des shoppers et ses compétences.

Il est essentiel de toujours se plaire dans son travail et dans ses missions. Même si parfois vous serez contraints d’accepter des missions qui vous plaisent moins. Il faudra continuellement se forcer à trouver des missions qui sont enrichissantes pour vous. Sinon la lassitude va vous emparer. Vous travaillerez moins bien, le shopper le ressentira et cela va vous faire défaut.

L’avantage premier d’être freelance, c’est la liberté. Ainsi il ne faut pas la perdre en s’obstinant dans une mission si on n’y est pas à l’aise.

Aussi, pour durer, il faut prodiguer un travail de qualité, automotive très souvent, une proposition de mission pour un projet d’un mois ou deux, peut facilement se transformer en plusieurs projets qui s’enchaînent. Le seul moyen pour décrocher ce style d’opportunité, c’est la qualité du travail fourni. Evidemment, on peut faire des erreurs et ne pas toujours être au high. Cependant si de manière constante on atteint les objectifs qu’on nous a donnés, dans le temps imparti, c’est parfait.

Il ne faut pas hésiter à être drive de proposition par moments, de sorte à faire valoir son experience, ses connaissances. Parfois le shopper a une demande bien précise en tête et cela peut aller à l’encontre de vos méthodes de conception ou vos recommandations. Ainsi il faut savoir habilement faire connaître son avis sans paraître désobligeant. Bien que cela paraisse frontal pour certains, il faut bien se rappeler que vous êtes payé pour apporter une experience avec un regard externe. Ce qui peut avoir de la valeur pour votre shopper si vous savez défendre votre place.

Dernier level, pour réussir à être indépendant pendant plusieurs années, il faut aimer son travail et ne pas baisser les bras. Il faut redoubler d’efforts pour trouver des missions continuellement. Ne pas perdre le rythme. Automotive les longues périodes où les missions se font rares, il faut pouvoir garder la motivation et trouver des options rapidement.

La vie de freelance, c’est vraiment bénéfique pour ceux qui aiment les challenges. Grâce à ces three années, j’ai pu travailler avec des superbes entreprises du CAC40 ou non, des écoles et surtout des gens enrichissants. J’ai eu la likelihood d’avoir peu de moments creux et de toujours rythmer ma vie professionnelle par des projets secondaires (comme Newflux, entre autres). Tout en gardant largement du temps pour moi et mes activités personnelles. De plus, j’arrivais souvent à négocier du télétravail (selected qui était moins courante avant le COVID 😉 ). Donc je pouvais facilement adapter mon temps pour produire le travail demandé, tout en gardant du temps pour moi.

Cependant, c’est une scenario à risques évidemment, mais surtout éphémère. Vous pouvez être freelance à n’importe quel âge ou niveau d’expérience, néanmoins, cela ne peut pas durer des dizaines d’années pour tout le monde. L’instabilité de la scenario et le manque de construction qu’apporte le statut d’indépendant, ne permettent pas de rester freelance indéfiniment. Notamment dans le milieu du net qui évolue tous les jours, avec le modèle des agences et des annonceurs qui subissent une évolution majeure…

Pour une imaginative and prescient courtroom moyen terme, à mi-temps ou temps plein, le freelance peut-être la answer idéale pour vous. Si vous vous en sentez succesful. Cependant, n’espérez pas faire fortune grâce au freelance ou bien miser sur le lengthy terme. Automotive je vous épargne les issues que cela apporte pour trouver un appartement, faire un prêt à une banque, ou simplement justifier ses revenus de manière générale.

Quelques conseils

Voici quelques conseils à prendre à la volée, n’hésitez pas à donner vos conseils en commentaire ou sur nos réseaux sociaux.

Et vous, quelle est votre expérience de freelance ?

This content material was initially printed here.

close

Join our fast growing Moroccan Moms Community

Categories: Decor

0 Comments

Leave a Reply

Avatar placeholder

Your email address will not be published.